[…]

Abîmée et perdue dans ce s’être de l’Être, pénétrant dans la profondeur profonde… profonde !… de sa sagesse éternelle, je surprends ce moment sublime, ce moment de vie, de fécondité, de plénitude qui ne dure ni un instant, ni une seconde, ni un moment, où dans cet acte très simple qui s’appelle Éternité, Dieu s’est en Lui-même, pour Lui-même et par Lui-même, l’acte d’être fécond en trois Personnes.

Et dans ce même acte coéternel, par une bienveillance infinie et amoureuse, se répandant en volonté créatrice, Celui qui s’Est veut créer ; dans un vouloir qui est agir, un vouloir qui, au même instant ou acte d’être, réalise la création.

encajate2La création, pour notre esprit habitué au temps, se développe peu à peu ; mais dans le présent éternel de la divine sagesse elle est un vouloir instantané en volonté créatrice que réalise le Créateur. […]

Pour Dieu il n’y a ni avant ni après… Dans son Regard fécond, embrasé des flammes impétueuses de l’Esprit Saint, par le Verbe et dans le Verbe, Il fait toutes les choses.

Et comme suprême création, l’âme merveilleuse du Verbe de la Vie Lui-même jaillit, sans jaillir, des mains de l’Artisan divin, âme dans laquelle est manifestée et récapitulée toute la création, si bien que chacune des créatures, animées ou inanimées est un reflet achevé de l’âme du Verbe Incarné, puisqu’elle est l’image la plus parfaite du Créateur Lui-même.

Après l’humanité de Jésus, Marie, création unique, a été faite par la Toute-puissance divine pour être Mère, tellement Mère, qu’Elle est la Mère de Dieu Lui-même, et comme couronnement de sa maternité, Mère de toutes les âmes. […]

Quant aux hommes, nous voyons l’Artisan divin créer l’âme de chacun d’eux comme si cette âme était unique, et nous Le voyons se répandre sur elle en surabondance de son être amoureux.

À la lumière de Dieu et dans la vérité de l’éternelle Sagesse, nous verrons que chaque être doué de raison, chaque âme, est une création différente de toutes les autres et que Dieu, en les créant, s’est répandu sur chacune d’elles comme si chacune d’elles était une création unique, pouvant dire comme dans le Cantique des Cantiques : « Tu es mon unique, ma colombe, ma préférée parmi des milliers » , car lorsque Je t’ai créée, Moi le Divin Potier, Je ne t’ai pas mise, comme le font les potiers humains, dans un moule pour y reproduire une multitude d’âmes identiques, non, Je t’ai conçue dans mon Regard divin se répandant en création, prenant pour modèle mon Verbe dans lequel est dite toute la vérité et la vie divine et humaine, et J’ai fait cela dans l’amour de l’Esprit Saint…

Âme, qui que tu sois, lorsque tu as été créée par les trois divines Personnes, ensemble, se sont répandues, mettant tout leur amour dans un regard de création, pour te créer à leur image et ressemblance.
C’est pourquoi chaque âme possède sa physionomie particulière, sa beauté particulière, et son nom unique, que Dieu lui a donné le jour où Il l’a créée et qui correspond à sa physionomie dans la création.
Chaque âme a son propre nom, et il n’y a au Ciel aucun être créé portant le même nom, parce qu’elle porte le nom que Dieu, dans son infinie sagesse amoureuse, a gravé en elle et en elle seule lorsqu’Il l’a créée, nom qui est tout son être en tant qu’expression du Créateur, et qui reflète cette nuance ou cette physionomie que la Sagesse Divine a voulu déposer en elle pour la nommer éternellement. […]
encajate1

C’est pourquoi il ne faut pas regarder les autres en voulant imiter leur chemin parce qu’il nous paraît meilleur que le nôtre, car cela suppose un mépris de la création de notre âme, qui pour Dieu est unique entre toutes. Par conséquent, nous devons nous accorder, nous conformer à la volonté créatrice de Dieu envers chacun de nous, car Il nous a fait d’une maniere et non d’une autre. […]

À chacun de nous, comme unique création, la divine Parole nous enseigne, comme à des tout-petits, comment nous couler dans ce moule divin avec lequel son amoureuse volonté veut nous voir totalement en accord ; moule qui s’est brisé et dévoyé à cause du péché originel, et que maintenant, à force de nous accorder avec la volonté créatrice de la Sagesse éternelle, nous modifierons peu à peu jusqu’à être tellement conformes à ce moule, que le Créateur, l’Artisan divin pourra de nouveau voir en nous cette création issue de sa poitrine, qu’Il s’est faite pour son contentement par surcroît.

La sainteté consiste à être en accord avec le plan amoureux que la Sagesse éternelle a prévu pour chacun de nous. Car, que deviendrait le coquelicot s’il s’efforçait sans cesse d’être une rose, parce qu’à ses yeux, mais pas aux yeux de Dieu, la rose est plus belle que lui ?… Eh bien, il passerait sa vie à vouloir ressembler à la rose, sans être en accord avec ce plan divin qui, en le créant coquelicot, l’a fait tellement simple, tellement humble, tellement ingénu qu’il reflète ainsi la simplicité de Dieu. […]encajate3

Âme créée par Dieu, crois-tu que pour l’Amour de paternité infinie la rose vaut plus que le coquelicot ?… Ne vois-tu pas que le Créateur s’est répandu dans l’une et l’autre fleur, faisant de chacune « son unique, sa colombe, sa préférée et son aimée entre des milliers » ?…

C’est seulement en étant en accord avec ce plan divin que chaque âme remplira sa mission, chacune pouvant être appelée par le nom qui est le sien et qui correspond à sa création ; puisque Dieu, en se répandant sur chaque âme, s’est manifesté en tout son être ; et chaque âme, réalisant le plan divin, est un reflet créé de l’Infini et de l’Incréé.

 

2-1-1961

 

 
Madre Trinidad de la Santa Madre Iglesia
 
Extrait du texte:   “SOIS EN ACCORD AVEC LA CREATION DE TON ÂME”   
(tiré du livre:  « La Iglesia y su misterio »).

 Note. Pour télécharger le texte complet cliquer ici.