Qu’est-ce que L’Œuvre de l’Église ?

« Fais-Moi L’Œuvre de l’Église ! Avec tout ce que Je t’ai donné, tu sais désormais ce que tu dois faire »..

Ce commandement que Jésus en l’Eucharistie a donné à Mère Trinidad est à l’origine de L’Œuvre de l’Église.

Un commandement clair : « fais-Moi L’Œuvre de l’Église ! ». Mais Dieu lui a dit aussi de quelle manière elle devait la mener à bien : « avec que tout ce que Je t’ai donné » ; car c’est cela l’essence et la richesse de cette Œuvre.

« Tout ce que Je t’ai donné », ce sont les communications de Dieu à Mère Trinidad tout au long des années. En l’âme de Mère Trinidad, Dieu a peu à peu déposé, comme dans un coffre précieux, des mystères de lumière et de sagesse : le mystère de la vie trinitaire, le mystère de la création et de la rédemption des hommes, le mystère caché en l’âme du Christ, le prodige de la grâce qu’est Marie, le mystère de l’Église dans sa double réalité, divine et humaine, etc.

Et, en même temps, tandis qu’Il donnait à Mère Trinidad la connaissance de ces mystères, Dieu lui faisait comprendre qu’Il lui donnait tout cela, non pas parce qu’elle était une âme spéciale, mais parce qu’elle était enfant de l’Église, et que cette Sainte Mère recelait en son sein tous les trésors que Dieu lui faisait vivre.

Tout ce que Dieu faisait connaître et vivre si fortement à Mère Trinidad, elle ne l’a pas gardé sous silence. Dieu Lui-même a mis en son âme, depuis le début, la conscience très claire que tout ce qu’elle recevait, elle devait le donner à tous. Et ainsi, poussée par l’Amour de Dieu, elle brûle du besoin de chanter à tous les hommes les trésors de lumière et de vie que recèle notre Sainte Mère l’Église.

Quelle est sa mission ?

Voici quelle est la mission de L’Œuvre de l’Église : « vivre et manifester ». Avec Mère Trinidad, vivre les mystères que recèle l’Église et les manifester en sagesse et en amour à tous les enfants de Dieu.

Pour cela, L’Œuvre dispose d’une aide très précieuse : plus de 1000 exposés que Mère Trinidad a enregistrés, et tous se textes, très nombreux, dans lesquels elle communique avec un langage simple et profond les mystères que Dieu a mis en son âme. Ainsi, d’aussi grands mystères que celui de la Famille Divine, de l’Incarnation, de l’Eucharistie… deviennent accessibles, simples et attractifs.

Après l’avoir entendue, une légion d’âmes se joignent à Mère Trinidad ; « ils suivent l’Agneau partout où il va », ils se consacrent à Dieu corps et âme, et comme première et plus importante tâche de leurs vies, ils doivent vivre le mystère profond de l’Église et le manifester aux hommes pour que tous se remplissent de vie.

Et toutes sortes de personnes appartiennent aussi à cette légion : hommes et femmes, jeunes et vieux, prêtres et laïcs, qui, chacun selon son état, veulent vivre profondément leur vie chrétienne, en étant, à la face du monde, de vivants témoins de ce que signifie être Église.

Madre Trinidad de la Santa Madre Iglesia

Mère Trinidad : une vie, une mission, une vocation, que Dieu seul connaît dans toute sa profondeur et toute sa grandeur, mais qu’elle-même décrit avec ces mots :

Histoire

Trinidad Sanchez Moreno est née le 10 février 1929 à Dos Hermanas, près de Séville, au sein d’une famille aisée. A l’âge de six ans, une espièglerie d’enfant a failli la rendre aveugle, l’obligeant presque à fréquenter l’école comme simple auditrice. À 14 ans, elle travaille déjà avec son père et son frère Antonio au magasin de chaussures de ses parents.

Le 7 décembre 1946, la veille de la fête de l’Immaculée Conception de Marie, Dieu fait irruption dans la vie de cette jeune fille simple, ouverte et gaie, la plus jeune de quatre enfants. Elle se consacre immédiatement, totalement et définitivement à Dieu. Dès lors, dans ses moments prolongés de prière devant le tabernacle de Sainte Marie Madeleine, l’église de son village, elle vit une relation affectueuse et chaleureuse avec le Seigneur, elle devine sa solitude et elle vit pour être son repos et sa joie.

En 1955, à l’âge de 26 ans, elle part s’installer à Madrid pour s’occuper de son frère aîné, Francisco. À compter du 18 mars 1959, c’est chez elle, calle Cadarso, que Dieu inonde son âme de lumière. Il l’introduit en son sein même et lui montre le mystère de sa vie trinitaire et son action envers l’homme ; ainsi, Il fait de Mère Trinidad le témoin de tout le dogme de l’Église. Et en même temps, Il la pousse avec une force irrésistible : « va et dis-le !… Ceci est pour tous !.. ». « Ce que je t’ai donné, va et remets-le à Jean XXIII !… », « le Concile vient pour cela ». Dès lors, son âme est confirmée dans sa vocation profonde, dans sa grande mission au sein de l’Église.

Quelques années plus tard, le Seigneur pousse Mère Trinidad à fonder L’Œuvre de l’Église. Une « légion » d’hommes et de femmes prêts à vivre profondément leur être d’Église, et à aider le Pape et les Évêques à réaliser l’œuvre essentielle de l’Église.
Avec tout ce qu’elle avait reçu de Dieu, elle savait désormais ce qu’elle devait faire. Depuis lors, Mère Trinidad a ouvert pour son Œuvre plus de 40 maisons en Espagne et ailleurs. Dans le but de communiquer à tous tout ce que Dieu avait gravé au fer rouge en son âme, elle a enregistré près de 1000 exposés pour porter ce message, en audio ou vidéo ; des exposés qu’elle a présentés à différents groupes de personnes. Elle a aussi rédigé plus de 60 volumes de textes, tous issus de ses moments de prières.

Depuis 1993, elle vit à Rome. Gravement malade, elle fait l’offrande de ses souffrances pour l’amour de Dieu et pour l’Église, tout en dirigeant personnellement L’Œuvre de l’Église, dont elle est la Fondatrice et la Présidente.

 


Mère Trinidad de la Santa Madre Iglesia et un groupe de pèlerins, avec Jean XXIII le 18 juillet 1959, puisque il ne lui fut pas possible de lui parler en privé, alors que c’était dans ce but que surmontant d’innombrables et pénibles obstacles elle s’était rendue à Rome.

Approbation ecclésiale

San Juan Pablo II con la Madre Trinidad

Mère Trinidad et l’Évêque de L’Œuvre de l’Église, Don Laureano Castan Lacoma, le Cardinal Ugo Poletti, Vicaire Général de Sa Sainteté pour le Diocèse de Rome, l’Évêque Auxiliaire, Monseigneur Remigio Ragonesi, avec un groupe de consacrés de L’Œuvre de l’Église et Sa Sainteté le Pape Jean Paul II. (18 janvier 1981)

 

L’Œuvre de l’Église a été fondée par Madre Trinidad Sánchez Moreno le 18 mars 1959, et érigée en Union Pieuse par l’Archevêque de Madrid D. Casimiro Morcillo González, le 8 décembre 1967.

Le 29 juin 1990, le Cardinal Archevêque du même Archidiocèse, D. Ángel Suquía Goicoechea, après l’autorisation du Siège Apostolique, a reconnu les éléments de vie consacrée qui sont à la base de L’Œuvre de l’Église, et a approuvé les Constitutions, faisant usage pour la première fois du canon 605 du Code de Droit Canonique.

Finalement, la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, dans un décret signé le 20 décembre 1997, a approuvé L’Œuvre de l’Église, la déclarant de droit pontifical. Il ne s’agissait pas de lui donner pour cadre l’une des formes canoniques des instituts de vie consacrée, mais de reconnaître sa spécificité. Mais surtout, il lui a été octroyé l’approbation suprême et définitive qui correspond à l’autorité du Pape, et par conséquent, elle a été reconnue de droit pontifical. Le Pape Saint Jean-Paul II, qui a connu personnellement Mère Trinidad et a profondément compris l’action de Dieu en son âme, a voulu que cette action de Dieu soit reconnue expressément dans le décret d’approbation pontificale de L’Œuvre de l’Église. C’est pourquoi il a fait du 18 mars 1959, moment très spécial de cette action, la date fondatrice de L’Œuvre de l’Église.

Qui en fait partie ?

La finalité de L’Œuvre de l’Église fait qu’elle est comme une légion d’âmes qui aux côtés du Pape et des Évêques l’aident à réaliser la mission que le Seigneur leur a confiée. Elle est composée de trois branches de vie consacrée : sacerdotale, laïque masculine et laïque féminine, autour desquelles s’organisent les branches d’Adhérents, de Militants et de Collaborateurs.

L’étendue de L’Œuvre de l’Église est aussi grande que sa propre vocation : en elle, comme au sein de l’Église, il y a place pour les prêtres et les laïcs, les consacrés et les non consacrés, les couples mariés, les jeunes et les enfants. Une seule Œuvre, une même mission, une seule tâche, que chacun réalise au sein de sa propre vocation, état, groupe ou condition.

Les groupes qui intègrent L’Œuvre de l’Église sont :

Les Responsables : personnes consacrées à Dieu avec les vœux de pauvreté, chasteté et obéissance, qui vivent en communauté dans les foyers de L’Œuvre de l’Église, dans des maisons prévues les unes pour les hommes, prêtres et laïcs, les autres pour les femmes.

Les Adhérents : Évêques, prêtres diocésains, religieux, religieuses ou laïcs consacrés à Dieu de manière privée, qui, sans vivre en communauté dans les foyers de L’Œuvre de l’Église, en font pleinement partie et participent à sa mission là où la volonté de Dieu les a placés.

Les Militants : jeunes et adultes, mariés, célibataires ou veufs, qui, sans être consacrés à Dieu, cherchent à vivre la perfection de leur état au milieu du monde.

Les Collaborateurs : personnes appartenant à tout état de vie, qui participent à leur mesure à l’esprit et à la mission de L’Œuvre de l’Église et collaborent avec elle selon leurs possibilités.

Enfants, garçons et filles, qui dès le plus jeune âge, – à partir de 7 ans -, apprennent à vivre leur être Église et cherchent à appliquer la devise de Mère Trinidad : « faire que Dieu soit content et rendre les autres heureux ».

Les Collaborateurs Sympathisants : personnes qui, sans appartenir à L’Œuvre de l’Église, se nourrissent de toute la richesse spirituelle que Dieu a mise en elle, et sont unis dans la prière et par le désir de vivre et de faire vivre le bonheur d’être Église à tous les hommes.

L’Œuvre de l’Église dans le monde

Actuellement, L’Œuvre de l’Église possède des centres permanents en Espagne (Madrid, Guadalajara, Séville, Cadix, Tolède, Valladolid), en Italie (Rome, Albano Laziale et Rocca di Papa), et en Guinée Équatoriale (Malabo). Cependant, à partir de ces centres, elle développe des missions apostoliques dans d’autres pays.

L’Œuvre de l’Église, en vertu de sa finalité qui est d’aider le Pape et les Évêques à présenter le vrai visage de l’Église au monde entier, est en contact avec plus de 1500 évêques des cinq continents.

La visite ad Limina que les Évêques font périodiquement est une occasion précieuse de les accueillir et de les aider durant leur séjour dans la Ville Éternelle. À cette occasion, L’Œuvre de l’Église se met à leur disposition ; et donc, en plus de les accompagner dans leurs déplacements et faciliter leur visite aux congrégations romaines, les célébrations dans les Basiliques et leur rencontre avec le Saint-Père, on leur offre la possibilité de se loger gratuitement dans les maisons de L’Œuvre.

De cette relation simple, mais sincère, naît aussi une collaboration apostolique avec les Évêques qui en font la demande, que ce soit à travers les textes de Mère Trinidad, qui leur sont envoyés mensuellement et qui les aident dans leur vie spirituelle, ou à travers l’organisation de journées de retraite à l’attention des prêtres, des séminaristes ou des laïcs, dans leur diocèses.