C’est pourquoi, si je veux montrer ce qu’est la vie de foi, je ne peux le faire sans m’introduire auparavant dans le mystère de notre Famille Divine, dans cette vie qui est une activité infinie dans le bonheur total, dans la perfection éternelle, dans la plénitude divine est dans la communication trinitaire.

Dieu, dans sa vie infinie, est éternellement heureux en communication de foyer. Il a en Lui tout ce dont Il peut avoir besoin, dans une telle souveraineté et dans une richesse tellement inexplicable, que tout ce qu’Il est, Il se l’est par sa propre raison d’être. Personne ne Lui donne rien, ne Lui ajoute rien, car en Lui, dans sa plénitude de perfection, pour tout avoir Il a même la puissance infinie de s’être Celui qui s’est par sa propre raison d’être ; et c’est aussi en cela qu’est la royauté infinie, le pouvoir absolu. […]

Dieu vit sa vie pour Lui, et, dans un dessein de sa sagesse éternelle, Il veut que cette même vie soit vécue par nous.[…]

Et, ô mystère incompréhensible que l’homme n’a jamais pu soupçonner et que seul le Tout-Puissant pouvait réaliser, Dieu se fait Homme et l’homme devient Fils de Dieu ; Dieu Lui-même, en Chanson divine et humaine, nous déclame, en Marie et à travers Elle, sa vie infinie ! […]

Tellement, que Dieu choisit un Peuple auquel Il la dira en la réalisant en lui. Ce Peuple glorieux c’est la Nouvelle Jérusalem sur la terre, c’est l’Église.

Par conséquent, en l’Église, Dieu vit sa vie pour Lui et pour nous ; Il se dit sa vie pour Lui par son Verbe, et nous la dit par son Verbe Incarné. […]

Dieu Lui-même, en communication, est la vie de l’Église. C’est pourquoi l’Église se répand en Divinité ; c’est pourquoi l’Église est le visage de Dieu sur la terre ; parce que c’est elle qui nous dit la vie même de Dieu, en conversation divine et humaine, en tout temps, et lorsqu’elle parle, ce qu’elle dit survient en notre âme à travers sa Liturgie. […]

Et c’est l’Église qui, au moyen de la Liturgie, des Sacrements, nous unit au Christ, nous perpétue sa vie. C’est l’Église qui nous donne la mission du Christ Lui-même, qui est de communiquer la vie de Dieu à tous les hommes ; c’est elle qui nous met en contact avec les trois Personnes divines pour que nous vivions de leur vie, c’est elle qui nous introduit dans le mystère de l’Incarnation, et par conséquent en Marie, perpétuant aussi en nous la Maternité de la Vierge, en qui et par qui nous a été donnée la vie divine. Et c’est l’Église qui nous conduira un jour, avec le Christ glorieux, vers l’Éternité. […]

Nous demandons souvent : « qu’est-ce que la vie de foi ? » C’est tout le dépôt infini que le Christ a communiqué et perpétué de manière vivante dans le sein de l’Église.

La vie de foi n’est pas quelque chose de froid ou une matière d’étude scientifique ; c’est toute la richesse surabondante de l’Infini, qui nous est dite dans un poème d’amour. Tout ce que l’Église nous dit et nous manifeste, prolongeant la chanson du Verbe, est le trésor de notre vie de foi. C’est la foi qui nous met en contact avec Dieu, parce qu’elle nous déclame les mystères très riches de notre religion chrétienne. […]

Vivre de foi c’est vivre de Dieu, du Christ, de Marie, c’est plonger dans la vie des trois Personnes divines ; c’est recevoir le message du Verbe Incarné ; c’est se blottir au creux de la maternité de Marie ; c’est recevoir, entendre tout ce que nous dit l’Église dans sa communication des mystères divins et y adhérer. […]

Madre Trinidad de la Santa Madre Iglesia

Le Père, se connaissant Lui-même, se répand en Parole de feu. Cette Parole est son Verbe, son Fils, Celui qui dit tout ce qui est dans le sein de la Trinité, puisque c’est l’Expression de la réalité éternelle. Mais cette Expression ou cette Parole que dit le Père, n’est prononcée que dans l’amour de l’Esprit Saint. C’est pourquoi, celui qui veut entendre la Parole divine de façon froide et sans amour, ne reçoit pas le Verbe, parce que le Verbe ne se communique et n’est expression que dans l’amour, dans le sein de la Trinité et dans les âmes qui s’ouvrent à l’action sanctificatrice de l’Esprit Saint Lui-même.

Âme-Église, qui que tu sois, ouvre-toi à ce que dit le Verbe dans le sein de l’Église ! […]

N’oublie pas non plus que la vie de Dieu est très différente de ce que tu penses, de ce que tu comprends, de ce que tu connais… Tes concepts humains ne servent à rien devant la foi, et c’est pourquoi elle te semblera parfois obscure, non pas parce qu’elle l’est, mais parce que tu es aveugle. Essaie d’expliquer à un aveugle comment est le soleil, tant qu’il ne sera pas guéri de sa cécité, il ne verra qu’obscurité.

Le moyen pour vivre dans la lumière c’est de se faire tout-petit, car c’est seulement aux tout-petits que sont manifestés les secrets du Père. Tu dois aussi écouter le Seigneur lors de grands moments d’intimité, pour que l’amour prenne possession de ton âme, et que la sagesse de ce qui est divin, qui n’est dite que dans l’amour, devienne ainsi vie en toi.

 
Madre Trinidad de la Santa Madre Iglesia
 
Extrait du texte:   “ LE MYSTÈRE DE LA FOI ”    (tiré du livre:  « La Iglesia y su misterio »).

 

 
Pope Francis with Montrance

Dieu est l’Être, l’Être infini qui, parce qu’Il s’est la suprême perfection, est, en un seul acte de sagesse amoureuse et de joie éternelle, dans trois personnes. (25-5-59)

Dieu m’a créée, non pas pour que je Le contemple comme un spectacle resplendissant et impressionnant, mais pour que, adhérant en un oui inconditionnel à son plan éternel, j’entre dans sa joie et que je vive par participation de la même vie que Lui vit. (23-1-60)

Celui qui Est crée des créatures qui soient par Lui, et Il les crée avec un « je » capable de se soumettre à Lui ou pas ; et parfois, ces créatures, se sachant si belles, disent : « moi je suis, je ne veux pas dépendre de Toi ». Dans l’aveuglement de leur esprit, elles perdent leur propre raison d’être. Et, s’éloignant de Dieu et vivant sans lui, elles s’exposent à la disgrâce éternelle. (15-9-66)

C’est au moment de l’Incarnation que s’est réalisé le grand don de Dieu à l’homme, lorsque Dieu s’est fait Homme et l’Homme, Dieu. De même, mystérieusement, la première Messe a été célébrée lorsque s’est réalisée la greffe de l’humanité sur le Christ, l’union du Christ avec son Église et, par conséquent, en germe, sa fondation. Au moment même de l’Incarnation et par ce grand mystère, la Famille Divine est entrée en conversation avec l’homme, et Elle a reçu dans le Christ la réponse infinie de réparation que, depuis toute l’Éternité, Elle attendait de la part de l’homme. (4-12-64)

L’Église est le Peuple de Dieu qui, réuni en l’amour de l’Esprit Saint, marche avec le Christ vers l’Éternité, par le chemin de la volonté du Père, sous la protection de la maternité de Marie. (1974)

 


 

 

 
 Note. Pour télécharger le texte complet cliquer ici.pdf