SagrarioMadreLOW

Extrait des livres publiés de Madre Trinidad de la Santa Madre Iglesia Sánchez Moreno:

La Iglesia y su misterio (L’Église et son mystère)

Note. Pour télécharger le texte complet cliquer ici

6-12-1973

« LA PRIÈRE EST TOUTE-PUISSANTE »

« Dieu vit sa vie dans la plénitude comblée de son infinie perfection. Il possède en Lui tout ce qu’Il pourrait désirer. Il n’a besoin de rien pour être et avoir tout ce qu’Il est et tout ce qu’Il a, parce qu’Il est tout ce qu’Il peut être, et qu’Il a tout ce qu’Il peut avoir, bien qu’Il puisse être tout et avoir tout en infinitude.

L’homme est ce que Dieu a voulu qu’il soit, et il a tout ce que Dieu a voulu lui donner. Dieu a voulu le créer afin qu’il soit à l’image de son infinie perfection et qu’il Le possède par la grâce, en tout ce qu’Il est et en tout ce qu’Il a.

Tout ce qu’est Dieu est en Lui une réalité infinie par son adhésion à Lui-même. L’homme est à l’image de Dieu, et il Le possède à la mesure de sa propre adhésion à Lui.

C’est pourquoi, pour atteindre la plénitude de son être et de ses actions, il doit tendre irrésistiblement vers Dieu, unique but dans lequel il a été créé. Et lorsqu’il y parvient, il vit en parfait accord avec sa réalité, il est heureux et il donne un sens parfait à tout son être et à toutes ses actions.

C’est pourquoi un homme qui ne tend pas vers Dieu est au sein de la création un être difforme, hors de son centre et dévoyé de sa finalité, c’est un être extravagant.

C’est pourquoi, lorsque le péché nous a séparés de Dieu et nous nous a sortis de notre centre, nous jetant sur des routes qui nous éloignaient du Bien Suprême, Dieu Lui-même, devant un tel désarroi, a choisi, dans un débordement d’amour et de miséricorde envers nous, de se faire Homme, pour, en tant que chemin, nous conduire de nouveau vers sa vie, par la vérité de son enseignement.

Et pour que tout ce qu’Il désirait devienne réalité, Il nous a greffés sur Lui, afin que nous soyons un avec Lui, en la personne du Verbe Incarné, nous redonnant notre place au cœur de son plan infini et nous faisant vivre en Lui et tournés vers Lui, conformément au dessein amoureux qui était le sien en nous créant.

Mais en nous incorporant à son plan de Rédemption, Il a voulu nous associer à Lui, de manière à ce que sa volonté envers nous se réalise à travers notre collaboration et à notre adhésion à Lui en tant que Bien unique et suprême.

Dieu se donne à nous totalement et inconditionnellement, Il nous révèle et nous manifeste la réalité infinie de son être et de son action, et nous demande notre réponse libre et personnelle à son don, car Il s’est livré à nous de manière infinie. Il nous invite à Le suivre, devenant Luimême le chemin engageant du bonheur qui nous conduit à sa vie. Il ne nous impose rien, Il nous invite généreusement à Le posséder pleinement, et Il exige notre collaboration si nous voulons L’obtenir en tant que Bien Suprême pour lequel nous avons été créés.

C’était le plan de Dieu que de nous conduire à Lui en nous créant à son image et selon sa ressemblance ; c’est le plan de Dieu que de nous incorporer à Lui au moyen de la Rédemption ; et c’est le plan de Dieu – que délibérément Il respecte – que son don infini soit reçu à travers notre collaboration ; et c’est pourquoi Il se donne à nous inconditionnellement, mais dans la mesure où nous sommes disposés à Le recevoir. 

AmanecerLOW

Que ne ferait-Il pas en nous et avec nous si nous étions ouverts à son action sanctificatrice !… Quelle plénitude de joie et de bonheur que la plénitude de notre possession !… Nous verrions apparaître devant nous de si larges horizons dans les flots torrentiels des Sources Éternelles !… Mais nous ne serons pas tous rassasiés par leurs Eaux ; seuls le seront ceux qui voudront en accueillir les courants infinis, et dans la mesure où ils s’ouvriront à leurs flots intarissables…

Dieu met tant de choses à notre disposition, et nous, parfois, nous en recevons si peu parce que nous ne savons pas, ou ne voulons pas nous préparer au passage de son amour éternel !… Il nous a créés et Il nous a rachetés afin que nous soyons semblables à Lui et que nous vivions dans la compagnie chaleureuse de sa Famille Divine, mais en disant un “oui” de collaboration à son don amoureux. Il veut nous donner tant de choses ! tant de biens spirituels et aussi matériels, qui faute de collaboration de notre part restent un vouloir divin et ne deviennent pas réalité !…

“Tout ce que vous demanderez en mon nom je le ferai”. Tout !… Cela donne une telle force à notre prière que nous sommes tout-puissants devant le Père. Pourquoi alors n’obtenons-nous Presque rien ? Parce que nous ne demandons pas comme nous devons demander ; et c’est à cause de cela que notre vie devient infructueuse et nos prières stériles.

Dieu possède d’innombrables grâces qui n’attendent que nos demandes, car en nous greffant sur Lui, Il nous a donné un sacerdoce capable d’arracher les trésors infinis de son sein pour les répandre sur tous les hommes, et en exerçant ce sacerdoce, nous devenons féconds et nous apportons de la vitalité au sein de l’Église. Sacerdoce mystérieux qui comble notre vie dans la plénitude de la possession du Christ devant Dieu et devant les hommes. Dans la mesure où nous avons Dieu, nous Le communiquons à travers notre sacerdoce mystique, vécu “entre le portail et l’autel”.

Le Père garde dans le volcan de son sein une telle source de grâces, de dons, de fruits et de richesses qui n’attend que notre prière simple, chaleureuse et familiale, pour se répandre en fruits de vie éternelle ! Comme il est grand, puissant, tout-puissant, l’homme qui prie au pied du Tabernacle ! Si puissant, que devant lui le Ciel s’ouvre et se déverse sur l’humanité.

Voilà ce qu’est le mystère de l’Eucharistie : l’attente amoureuse et inconditionnelle de l’Amour infini qui cherche les cœurs simples afin de se donner à eux totalement.

Qu’il est grand de prier, et comme ils sont peu nombreux ceux qui le découvrent. Et par conséquent, combien de grâces ne sont pas dispensées, et combien de volonté divine demeure inaccomplie parmi les hommes.

Cela explique que dans les moments de l’Église où les chrétiens prient davantage, son rayonnement apostolique est plus surnaturel, plus manifeste, plus étendu, plus fructueux, puisque “tout ce que nous demanderons en invoquant son nom, Jésus le fera.” “Au nom de Jésus”, c’est-à-dire, suivant Jésus, conformément à son plan éternel et surnaturel, qui a voulu nous associer à son don infini envers nous au moyen de la prière.

Dieu a décidé dans son plan éternel, de nous donner autant de grâces que nécessaires en vue de nos besoins collectifs ou individuels dans le sein de l’Église. Et Il nous les a données ; mais Il a voulu que nous allions les chercher, l’esprit contrit et le cœur sincère ; c’est pourquoi, si ne nous les cherchons pas, nous ne les trouvons pas et nous les perdons.

Il a aussi voulu nous accorder tout ce que nous Lui demanderions, et Il a fait dépendre de nos prières, d’innombrables dons qui lui seraient arrachés à la mesure de notre demande. Quand nous ne prions pas, nous les perdons. Et tant de grâces sont perdues à cause de cela ! tant de choses que Dieu veut nous accorder par nos prières et que nous n’obtenons pas parce que nous ne les Lui demandons pas !

Aujourd’hui, d’une manière nouvelle, dans un infime jaillissement de clarté, avec une intense acuité de perception, j’ai compris que normalement, lorsque les choses vont mal, c’est parce qu’en ne nous adressant pas à Dieu, nous ne faisons pas ce que nous devons faire, et nous n’obtenons pas ce que nous devons obtenir ; car dans la prière, non seulement on apprend ce qu’il faut faire et on obtient ce qui doit s’obtenir, mais en outre on découvre et on comprend plus clairement le plan de Dieu, ainsi que sa volonté envers tous les hommes et envers chacun de nous.

Aujourd’hui c’est d’une manière tellement simple et avec une telle certitude que j’ai compris et vu le cœur infini de notre Père, rempli de grâces, de dons, de fruits, attendant qu’ils Lui soient arrachés par nous pour la plénitude de notre être et de nos actions envers nous-mêmes et envers les autres !… Que de grâces perdues !…

C’est au Tabernacle que nous apprenons à être ce que nous devons être, et à faire ce que nous devons faire. Devant les portes du Tabernacle éclot la vocation à la virginité, au sacerdoce, la vie missionnaire s’épanouit et notre cœur se remplit d’élan, notre compréhension se remplit de lumière, nos actions se remplissent de force pour réaliser les plans divins avec joie et certitude.

C’est pourquoi lorsque l’homme perd le contact avec Dieu, unique but dans lequel il a été créé, il cesse d’être ce qu’il doit être, et en agissant comme cela le conduit à agir, il fait ce qu’il ne doit pas faire. Alors, on ne voit pas éclore les vocations, la vie missionnaire dépérit, le côté humain s’empare des cœurs et la confusion nous envahit. En effet, où la créature trouverait-elle le sens véritable de son être et de ses actions, avec l’authentique sagesse qui illumine son existence, si elle perd le contact avec Celui qui est la Lumière de ses yeux et le Chemin de son cheminement ?

C’est dans une telle paix, une telle douceur, une telle sérénité qu’aujourd’hui j’ai compris que le cœur de Dieu ne change pas ! Il est plein de miséricorde éternelle, brûlant du désir infini de se répandre en lumière amoureuse sur nous, sur nos êtres et sur nos actions, mais Il attend que nos vies tendent vers Lui de manière simple, que nos prières adressent leur demande de façon retentissante, pour se déverser sur nous, nous accordant tout ce que nous demanderons au nom de Jésus.

J’ai compris également que si nous ne Lui demandons pas ce que nous désirons, Il ne nous l’accorde pas ; j’ai ainsi découvert le pourquoi de la situation épouvantable dans laquelle se trouvent les membres de l’Église.

Le malin a réussi à faire en sorte que les enfants de Dieu coupent le contact avec leur Père ; il a réussi à amoindrir l’importance des Sacrements ; il est en train de réussir à vider les Tabernacles avec cette mystification qui consiste à mettre l’homme à la place de Dieu, et donc reléguer Dieu au second plan, jusqu’à Le faire disparaître du cœur de l’homme.

Comme elle est grande, comme elle est toute-puissante la force impétueuse d’une âme simple, qui, adorant, implore l’Amour Infini de se répandre sur l’humanité !… Au Tabernacle s’accomplit le but pour lequel nous avons été créés, puisque nous sommes ce nous devons être, et faisons ce que nous devons faire envers nousmême et envers les autres ; car nous obtenons tout ce que nous demandons pour les autres et pour nous-mêmes lorsque nous parvenons à nous rendre semblables au Christ “protecteur de l’orphelin et de la veuve”, dispensateur d’amour, Père de la vraie justice, sûr Chemin qui nous conduit au bonheur véritable authentique.

Qu’il est grand de prier ! … Si grand, que lorsque je prie, je remplis entièrement les dimensions incalculables de mon être et de mes actions, et je réalise ce qu’était le plan infini de Dieu lorsqu’Il m’a créée pour que je sois à son image et à sa ressemblance, et que je fasse ce qu’Il fait, par adhésion et participation à sa volonté infinie.

SagrarioCasanatalLOW

Qu’il est grand de prier !… Parce que prier c’est être avec Dieu. Et que peut-il y avoir de plus grand pour la créature que d’entrer en contact avec son Créateur ?…

“Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Celui qui m’a vu, a vu le Père, car moi et le Père, nous sommes un”. Jésus, je veux demeurer avec toi pour demeurer avec le Père dans l’amour mutuel et infini de l’Esprit Saint, en étant ce que je dois être et en faisant ce que je dois faire, remplissant ainsi la plénitude de mon être et de mes actions, en parfait accord avec tes plans pour moi, au sein de l’Église.

Je suis Église et conformément à mon sacerdoce, j’ai besoin de demeurer “entre le portail et l’autel”, accueillant l’Infini pour Le communiquer aux hommes, et recueillant l’humanité pour me présenter avec elle tout entière devant Dieu, implorant, simplement et amoureusement, que sa volonté se répande sur chacun de ses enfants.

Que l’homme est grand lorsqu’il prie !… Si grand, qu’il devient puissant par le pouvoir de Dieu, capable de vivre et d’être par participation ce qu’est Dieu et ce qu’Il vit en s’étant Famille. »

Madre Trinidad de la Santa Madre Iglesia

 
Extrait des livres publiés de Madre Trinidad de la Santa Madre Iglesia Sánchez Moreno:
La Iglesia y su misterio (L’Église et son mystère)
 
pdf1  Note. Pour télécharger le texte complet cliquer ici