[…]

Dieu est amour par essence, force, bonté… Que Dieu est grand… ! Qu’Il est infini en chacun de ses attributs ! Et en chacun de ses attributs il y a tout l’être, et l’être est tous les attributs…5847953852_374aafd36c_o

     Et moi qui suis-je, mon Dieu Amour, pour entrer si profondément en ton être infini… ?

     Le Père se contemple en Lui-même, et en se contemplant et en se saisissant Lui-même dans toute son étendue, Il contemple comment Il s’est amour. Et en contemplant comment Il s’est amour, Il contemple dans cet attribut de l’amour tout son être infini, car chaque attribut est tout l’être, et dans l’attribut de l’amour Il connaît tous les attributs, comme en chacun des autres attributs. […]

     C’est pourquoi, lorsque le Père se contemple Il se connaît totalement en tout son être, Il se saisit entièrement, Il se pénètre… Et lorsque le Père se voit tellement infini en infinitudes d’attributs et de perfections, en se voyant combien Il s’est par lui-même délectable, désirable, bon, amoureux et heureux, Il se contemple tellement content et tellement heureux de se voir tel qu’Il est, que par une surabondance d’être amoureux, tout son être jaillit de Lui, sans jaillir.

     Tout son être infini, fécond et redoutable jaillit de Lui en fécondité, sans jaillir de Lui-même, tant le Père est content de se voir si bon ! Tout son être jaillit de Lui telle une explosion de joie, tel un cri de bonheur, de contentement… Tout son être jaillit de Lui – sans jaillir – en une bonne Parole… ! Et cette Parole est celle qui éclate en être joyeux, celle qui éclate en être heureux, qui par une surabondance d’être, jaillit à travers le Verbe “en criant”…

     Á travers le Verbe… ! Comme je le vois clairement… ! Le Père crie, mais à travers le Verbe… ! […]

     Lorsque le Père aime le Verbe, tout son être jaillit de Lui-même en tant qu’amour. Et puisque dans cet amour du Père pour le Verbe et du Verbe pour le Père il y a tout leur être, l’Esprit Saint est toute la perfection divine…a0ec946dfc1ba29097e44e3ae3ac8e05--church-windows-holy-spirit

     Car, comme en Dieu il n’y a pas de parties séparées, cette spiration amoureuse, qui dans le Verbe est issue du Père et dans le Père est issue du Verbe, est tout l’être infini en tant qu’amour, puisque en Dieu tout est être et chaque attribut est tout l’être, et l’être est chacun des attributs… […]

     L’Esprit Saint est la Personne-Amour en Dieu, qui contient en Lui-même, par l’amour entre le Père et le Verbe, tout l’être divin.

     L’Esprit Saint est tout l’être qui jaillit du Père et tout l’être qui jaillit du Verbe dans l’attribut de l’amour, tous deux s’aimant en tant que Personnes.

L’Esprit Saint est tout l’être du Père et du Verbe qui jaillit de tous deux – sans jaillir – parce qu’Ils s’aiment.

     Dieu, lorsque Il se donne, se donne tout entier et totalement en toute son infinitude, car en Lui il n’y a pas de parties séparées. S’il était possible de dire “le plus petit en Dieu”, ce plus petit attribut en Dieu serait tous les attributs, et par conséquent, il serait tout l’être, car comme nous l’avons dit, chaque attribut contient Dieu tout entier, puisque en Lui il n’y a pas de parties séparées. Dieu s’est l’Être qui s’étant achevé, est !holyspirit

     Le Verbe est la Parole reposée qui contient jusqu’à épuisement tout le dire divin. Et l’Esprit Saint, est l’effusion d’amour entre le Père et le Verbe parce qu’Ils s’aiment infiniment comme le mérite leur être infini et éternel.

     Lorsque le Père se chante en son Verbe, ce Verbe est tout l’être du Père en Parole. Et lorsque le Verbe, qui est tout l’être du Père en Parole, veut dire à son Père ce qu’Il est, Il le lui dit totalement, infiniment, comme Dieu seul peut le faire, et comme Dieu, par infinitude, par exigence d’être Dieu, doit le faire… […]

campo-de-flores-en-primavera     Âme-Église, tu vois combien Dieu est bon… ? Tu vois combien Dieu est infini… ? Tu vois comme Il se donne… ? Car lorsqu’Il se donne à toi, Il se donne à toi totalement, infiniment, par exigence de son être qui, parce qu’Il est infini et qu’Il n’a pas de parties séparée en Lui, doit se donner totalement.

     Et si tu as l’impression que Dieu se donne peu, ce n’est pas de sa faute, c’est de notre faute, car nous n’ouvrons pas notre âme pour y faire entrer l’infinitude de Dieu ; et pour cette raison nous le possédons peu. Car lorsqu’Il se donne, par exigence de son être, Il doit se donner en tant que Dieu et comme en Dieu il n’y a pas de parties séparées, en se donnant Il se donne tout entier, mais chacun d’entre nous Le possède selon la capacité d’être comblé de Lui qu’il Lui réserve…

     Dieu est infini… Il s’est l’Infini ! Il s’est l’Amour… Il s’est le Bon… Le Bon Amour Bon… ! Et lorsqu’Il se donne, Il se donne en tant que Dieu et en tant qu’Amour Bon. […]

     Oh, mon Dieu ! Si les âmes contemplaient avec le Père, elles devraient chanter avec le Verbe et elles s’embraseraient dans le feu de l’Esprit Saint, atteignant le but pour lequel nous avons été créés, puisque la vie de la grâce est la même que celle qu’un jour, en pleine lumière, nous aurons au Ciel, en contemplant Dieu en face.2699775330_2a0b668778

     Et là-haut, dans le regard du Père, l’âme contemplera la Perfection infinie, dans une lumière d’Éternité, et elle se verra transformée, selon sa capacité, et par participation, dans cette même Perfection infinie et en chacun de ses attributs et en chacune de ses nuances. Elle se verra sainte par participation, elle se verra vierge et elle se verra reine… […]

     En se voyant tellement belle et tellement transformée, remplie d’amour, participant de l’amour du Père lorsqu’elle contemple, et de l’amour du Verbe lorsqu’elle chante, l’âme aimera le Verbe avec le Père et elle aimera le Père avec le Verbe, et par participation elle sera embrasée et transformée dans l’Amour entre le Père et le Fils, cet Amour qui est l’Esprit Saint… […]

     Et tout cela, l’âme le fera dans le sein unique qui est en Dieu, car en Dieu il n’y a qu’un seul être, que chacune des trois Personnes possède en plénitude. Et l’âme, ayant par participation ce que Dieu possède par nature participe ainsi de Dieu… […]

     Et là-haut, embrasée dans la force et dans le courant infini des torrents impétueux de l’être de Dieu, l’âme sera une explosion d’amour participant de l’Esprit Saint… […]

     Mon Dieu, parce que Tu es infini, parce que Toi Tu t’es celui que Tu t’es, prosternée face contre terre et anéantie sous la poussière de ma misère, parce que Tu es bon, parce que Tu es infini, je t’aime, je te vénère.

 

22-9-1959

 

 
Madre Trinidad de la Santa Madre Iglesia
 
Extrait du texte:   « DIEU EST AMOUR »   

 

 

   Imagen6-3991enero2013

Les trois Personnes divines, dans un instant éternel et infini, sont Contemplation, Chanson et Amour. (6-8-59)

Dieu s’est un seul et très simple acte d’être, tellement fécond, glorieux et infini, qu’Il contient en Lui toutes les perfections et attributs en infinitude, de manière si substantiellement lumineuse que, en activité vitale d’amour coéternel, Il s’est trois Personnes divines. (11-5-61)

Le Père s’est son propre acte d’engendrer, par surabondance d’être, en sa personne. Le Verbe est, en tant que personne, son propre acte d’exprimer, par surabondance d’être reçu du Père. L’Esprit Saint est, en tant que personne, son propre amour, par surabondance d’être, reçu du Père et du Fils. (1-6-59)

Dieu, par la perfection de son s’être, toujours s’est ce qu’Il est, et toujours Il s’est ce qu’Il se sait, en son être et en ses personnes ; et ce se savoir en amour et ce qui fait qu’Il s’est Un en Trinité, parce que Dieu s’est sagesse acquise en amour en son être et en ses personnes. (6-11-64)

En Dieu tout est commun aux trois Personnes divines, sauf l’acte d’engendrer du Père, l’être l’engendré du Verbe, et l’être l’Amour personnifié de l’Esprit Saint. (21-6-59)

Dieu s’est en Lui, par Lui et pour Lui le bonheur éternel qui, dans une effusion de son amour, comme mani-festation de sa bonté infinie, me rendra heureuse éternellement. (9-8-59)


 

 

 
 Note. Pour télécharger le texte complet cliquer ici.pdf