azulejo_idiomas« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits ».

Comme elles deviennent clairement réalité ces paroles de Jésus, en Mère Trinidad ! Elle, la « gentille petite folle de Jésus » qui, parce qu’elle était une enfant et qu’elle était simple, a su ravir le cœur de Dieu, de sorte que, l’asseyant sur ses genoux, le Père lui a communiqué les secrets les plus intimes de sa vie trinitaire et de son œuvre vers le dehors. Mystères que, parce qu’elle est Église, Dieu lui a accordé de goûter en la poussant fortement à les communiquer à tous les hommes au cœur simple et à l’âme ouverte qui voulaient l’écouter.

ecuador-1C’est cela le motif qui a poussé Mère Trinidad, il y a dix-huit ans, à la demande d’un Évêque, à organiser le premier voyage en Équateur. Cette petite nation, privilégiée aux yeux de Dieu, sera la première de tout le grand continent américain à recevoir le message de « l’Écho de l’Église ». Le diocèse de Loja, au sud de l’Équateur, a ouvert grand ses portes à l’Œuvre de l’Église par l’intermédiaire de son Pasteur pour que, avec ce premier voyage, les prêtres et les religieuses soient renforcés dans leur foi.

096Après ce voyage, beaucoup d’autres ont eu lieu devant la réponse de ces gens simples et ouverts qui démontraient une fois encore que ce sont les tout-petits qui reçoivent Dieu. De nombreux groupes de prêtres, de religieux, d’adultes, de jeunes… le long de toutes ces années, dans diverses activités, retraites, discussions ou rencontres, ont pu découvrir la beauté de l’Église, approfondir les dogmes et éprouver la joie de se sentir profondément enfants de Dieu, avec tout ce que cela implique, avec le désir de répondre à ses immenses dons en vivant profondément et avec simplicité la vie chrétienne.

dsc_0053Très vite on a pu voir le fruit de ces semailles merveilleuses, et les vocations à la prêtrise et à la vie consacrée ont commencé à surgir parmi de nombreux jeunes hommes et jeunes femmes qui, découvrant la « perle précieuse », et transportés par l’attirante beauté de la virginité, ont tout laissé derrière eux, leur famille, leur maison, leur village… tout ce qu’ils possédaient pour suivre le Seigneur avec courage et générosité, et avec l’unique désir d’aider l’Église en s’offrant à Dieu pour elle, avec Mère Trinidad.

votosQuelques années plus tard, on célébrera dans la cathédrale de Loja la première cérémonie de Vœux Temporels de quelques-uns de ces jeunes gens, sous le regard attentif d’un grand nombre de fidèles qui remplissaient l’édifice, et de leurs parents émus et reconnaissants qui voyaient leur générosité largement récompensée par la dilection de Dieu pour l’un de leurs enfants qu’Il appelait à Lui et pour Lui seul.

Cette même cathédrale de Loja sera quelque temps après le cadre de la première ordination sacerdotale d’un jeune Équatorien. Peu à peu et de cette manière simple, s’accomplissait la demande que quelques années auparavant Mère Trinidad avait faite au Seigneur : « prêtres, virginité et âmes. Gloire à Dieu ! »..

                       dsc05965     dscn6593

Actuellement, L’Œuvre de l’Église compte de nombreux membres en Équateur, des prêtres et des familles entières, qui veulent vivre leur foi profondément et la manifester par leur vie et leur parole, accomplissant leur travail apostolique avec beaucoup d’enthousiasme.dsc01145

Sous le patronage de Notre Dame la Vierge de El Cisne, qui est célébrée à Loja, Marie a accompagné en tout temps les travaux apostoliques de l’Œuvre de l’Église et Elle a abrité sous son aile de nombreuses activités qui ont été réalisées au pied de son beau Sanctuaire, enchâssé en pleine cordillère des Andes entre le Ciel et la terre, et Elle a obtenu, comme médiatrice de toutes les grâces, de grandes récoltes d’âmes pour Dieu.

img_8815C’est à Elle que nous confions la persévérance de nombreux membres qui, aux côtés de Mère Trinidad, consacrent leur vie à aider l’Église. Et nous lui demandons de bénir en tout temps les travaux apostoliques de l’Œuvre de l’Église, qui n’a qu’un seul désir : chercher seulement et toujours la Gloire de Dieu.