Dieu est l’infinie richesse, la plénitude pleine et éternelle, qui contient en Lui, en sa subsis-tance, tout ce dont Il pourrait avoir besoin.

Dieu s’est pour Lui infini et abondant dans la communication trinitaire de sa Famille Divine.

paisaje2-reducedMais Dieu, qui est tout ce qu’Il peut être dans la possibilité possible de Celui qui Est, pos-sibilité qui en Lui est infinie, lorsqu’Il veut se communiquer aux autres, Il le fait tel qu’Il est, alors son don nous est donné infiniment.

Ainsi, dans le mystère de l’Incarnation, de la vie du Christ, de sa mort et de sa résurrec-tion, et dans le triomphe définitif de sa dernière venue, nous voyons la magnificence et la splendeur de sa gloire en don infini.

Dieu, lorsqu’Il se donne, se donne tout entier. Et Il se donne tout entier dans chaque passage de sa vie ; dans le sein de l’Église, dans tous les Sacrements et dans chacun d’eux ;
Il se donne tout entier à l’âme-Église et à chacun de ceux qui s’ouvrent à sa possession.

Et Il se donne tout entier en son tout, en son infinitude, en infinitude de manières ; car Dieu, lorsqu’Il se donne, toujours, se donne tel qu’Il est, et puisqu’Il est l’Infini, Il se livre de manière infinie, même si, de notre part, nous Le recevons de manière limitée.

Dieu est le Don infini, le Donneur Éternel ; c’est pourquoi nous ne pouvons pas dire que l’Esprit Saint ne nous communique que sept dons, ou douze fruits, ou quarante mille grâces… Ils sont sans mesure, sans limites, sans nombre, parce qu’ils sont un don de l’Infini en sa communication envers nous…

Il n’y a plus de limites, de frontières, de calculs, de mesures, qui puissent compter les manières dont Dieu se communique !…

Dans l’Incarnation, Dieu, quant à Lui, se donne d’une infinitude de manières. l’Avent est une autre infinitude de manières de se donner ; tout comme la crèche, sa vie publique, le grand mystère de la croix, sur laquelle l’Amour Infini, se répandant en sang, nous dit infiniment jusqu’où Il nous aime.SAGRADOcorazon-reduced

Sa mort est la très riche manière de se donner à nous de façon infinie et sanglante, et au plus haut degré, selon ce que les hommes peuvent voir. Après sa mort, la résurrection… la Pentecôte avec toute son infinitude de styles, de modes, de charismes, de richesses, de dons et de fruits innombrables et interminables…

Et comme si cela ne suffisait pas, le mystère de l’Église avec les Sacrements, et parmi eux, le grand Sacrement !… Le Sacrifice de l’Autel… la perpétuité de l’Eucharistie !… Les grâces actuelles et habituelles, dans les âmes ; et tant de millions et de millions de dons qui, de la part de Dieu, se répandent en une infinitude de manières de se donner à l’Église ; en demeurant avec elle en tout temps en communication trinitaire, non seule-ment pour l’accompagner, mais en vivant sa vie en elle et en chacun de ses membres ; et en étant avec le Pape et les Évêques, en leur confiant son Troupeau, en les instruisant et en les éclairant, pour nous faire tous vivre de sa vie sous des formes, selon des manières et des styles particuliers…

Avec combien de dons Dieu se communique à son Église !… En chacun des Sacrements Il se donne en une infinitude de manières et de nuances, parce qu’Il se donne tout entier, tel qu’Il est, en son tout et en sa simplicité.

Et c’est pourquoi, à travers certains signes très simples, Il nous communique tous les mys-tères : Incarnation, vie, mort, résurrection et la dernière venue du Christ, avec toute la ri-chesse de l’Église, de toutes les âmes et de chacune d’elles ; et tous les dons sont pour tous et pour chacun, car Dieu est le grand Don et Il se livre à tous, même si c’est selon les capacités de chacun et selon son plan d’amour éternel pour chacun.

Comme Dieu est grand, qui, lorsqu’Il se donne, se donne de manière infinie, éternelle, inconditionnelle !… Et Il est toujours reçu de manière si pauvre, si misérable et si mesquine !…

Le grand mystère du christianisme c’est le don infini de Dieu, et notre terrible inconséquence : Dieu se donne à moi d’une infinitude de manières, et moi je ne Le reçois pas et je prive les autres et moi-même de ces grâces.

Car non seulement Dieu se donne à moi en mon âme, mais Il se donne aussi à moi dans les âmes qui sont en grâce en tout temps, depuis le commencement jusqu’à la fin, et Il se donne à moi en une infinitude de manières ; et moi qui ne Le reçois pas et qui prive les autres et moi-même de toutes ces grâces, eh bien, c’est aussi à travers moi que Dieu veut se donner infiniment à toutes les âmes…

paisaje-reducedEn outre, Il s’est répandu sur les créatures inanimées de manière infinie, pour que, lorsque je les regarde, je leur donne leur raison d’être et réponde à Dieu en chantant leur beauté ; puisqu’aucune d’elles n’a de voix créée, parce que je suis la voix de la création, lorsque je les interprète, je leur donne le sens qui répond au Créateur.

Comme Dieu est riche et merveilleux !… Et quel don éternel de sa part, quel don infini ! car, lorsqu’Il se donne, par perfection de son être éternel, Il doit se donner infiniment, même si, de notre part, nous Le recevons de manière limitée.

Âme bien-aimée, répond au don infini comme tu pourras… Ouvre-toi à la Capacité éternelle qui veut se livrer à toi, réponds avec ton don au don que Dieu s’est ; mais ne ferme pas ta conscience devant le Donneur Divin, qui de manière tellement gratuite et en infinitude de manières se donne à toi, et qui te demande seulement de t’ouvrir avec amour et gratitude à son don éternel.

 

17-1-1967

 

 
Madre Trinidad de la Santa Madre Iglesia
 
Du texte:   “COMME DIEU EST INFINI LORSQU’IL SE DONNE !”   
(tiré du livre:  « La Iglesia y su misterio »).